PARTAGER


Les Etats-Unis ont annoncé, lundi dernier, une nouvelle vente d’armements à Taïwan pour un montant estimé à 2,4 milliards de dollars, alors que Pékin fulmine contre une vente similaire, annoncée la semaine dernière.

Le jour même où la Chine annonçait des sanctions contre les entreprises américaines impliquées dans des ventes à Taïwan de batteries de défense côtière de dernière génération, le département d’Etat a indiqué avoir approuvé la vente de 100 autres batteries de la génération précédente.

Cette transaction porte à 100 les systèmes de défense côtière Harpoon (HCDS), qui peuvent compter jusqu’à 400 missiles RGM-84L-4, d’une portée maximum de 125 km.

Ces missiles, fabriqués par la division défense de Boeing, peuvent être stationnés sur des plateformes fixes ou montés sur des camions.

Alors que la République populaire de Chine considère Taïwan comme une de ses provinces et menace de recourir à la force, en cas de proclamation formelle d’indépendance ou d’intervention extérieure, les Etats-Unis veulent donner à Taïwan une capacité de défense crédible, face à une potentielle invasion de l’armée chinoise.

Washington, qui s’est donné pour priorité de contrer l’influence de la Chine dans la région Asie-Pacifique, a accéléré, ces dernières années, les ventes d’armes à l’île.

Taïwan a finalisé récemment un contrat d’achat massif de 66 chasseurs F-16 de nouvelle génération, possède déjà des batteries de défense anti-aérienne Patriot et aurait également sollicité des drones MQ9 Reaper.

Mercredi dernier, Washington avait annoncé une première série de contrats pour 1,8 milliard de dollars, notamment 135 missiles de défense côtière de nouvelle génération Slam-ER, qui ont,,contrairement au Harpoon, une portée supérieure à la largeur du détroit de Taïwan séparant l’île de la Chine.

Pékin a d’abord appelé, la semaine dernière, les Etats-Unis à « annuler » cette vente « pour éviter de porter davantage préjudice aux relations » entre les deux pays.

Sans réponse de Washington, la Chine a annoncé, lundi, des sanctions contre les sociétés d’armement américaines, « les particuliers et entités s’étant mal comportés » lors de cette vente.

Les géants de l’armement Lockheed Martin, Raytheon et la branche défense de Boeing sont notamment concernés.

 





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici